ETRE BIEN DANS SA TÊTE ET REUSSIR SA VIE RELATIONNELLLE.

 

COMPRENDRE NOS DESEQUILIBRES PAR NOS ORIGINES



3- Sortir Vainqueur ! Dieu le veut pour vous.

 

FACE A L’HERITAGE 

 

Comment sortir vainqueur d’un tel poids, d’un tel héritage ?

 

 

 

Les dérives sexuelles et les drames familiaux ne cessent de se répéter depuis nos premiers ancêtres. Aujourd’hui, où les médias nous rapportent tous les scandales honteux, aucun ne devrait fermer les yeux sur les tentations qui sont en tous: le pouvoir de domination chez la femme et l’idolâtrie sexuelle chez l’homme qui le rend incapable d’aimer pleinement la femme pour ce qu’elle est réellement.

 

L’apôtre Paul précise dans sa lettre aux romains ch. 3 :23 que « il n’y a pas de distinction, Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; »

 

Si le terme « péché » signifie « coupé de Dieu ». Les conséquences en seront toutes les perversions du corps et de l’esprit dont chacun est tenté. Mais pour tous ceux qui désirent en sortir, la solution est de méditer sur le mystère de l’amour de Jésus pour l’Eglise dont nous avons parlé :

 

Ephésiens 5 : 21 à 33 :

 

« 5:21 Soumettez-vous les uns aux autres dans la crainte du Christ;

5:22 ainsi les femmes à leur mari, comme au Seigneur;

5:23 car l'homme est la tête de la femme, comme le Christ est la tête de l'Eglise, qui est son corps et dont il est le Sauveur;

5:24 en tout cas, comme l'Eglise se soumet au Christ, qu'ainsi les femmes se soumettent en tout à leur mari.

5:25 Maris, aimez votre femme comme le Christ a aimé l'Eglise : il s'est livré lui-même pour elle,

5:26 afin de la consacrer en la purifiant par le bain d'eau et la Parole,

5:27 pour faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et sans défaut.

5:28 De même, les maris doivent aimer leur femme comme leur propre corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.

5:29 Jamais personne, en effet, n'a détesté sa propre chair; au contraire, il la nourrit et en prend soin, comme le Christ le fait pour l'Eglise,

5:30 parce que nous faisons partie de son corps.

5:31 C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme, et les deux seront une seule chair.

5:32 Il y a là un grand mystère; je dis, moi, qu'il se rapporte au Christ et à l'Eglise.

5:33 Quoi qu'il en soit, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari.»

 

 

En conséquence du choix d’Adam, la honte sexuelle sera plus fortement marquée chez l’homme que chez la femme. En effet, la sexologie moderne reconnaît généralement à la sexualité féminine une plus grande dimension de don de soi. Diffuse dans l’être tout entier, beaucoup plus lente en général à s’éveiller que celle de l’homme, la sexualité féminine est plus foncièrement tributaire d’un besoin de tendresse, de sécurité et d’union des cœurs.

 

 

D’où viens donc l’élan rapide et possessif de la sexualité masculine, cause de tant de souffrance et de désillusions ?

 

Par son choix d’adorer Eve en tant qu’objet de ses désirs égoïstes, Adam détourne la sexualité masculine de son but initial, celui de don de soi total à son épouse. Adam en a fait un pur produit de satisfaction égoïste.

 

Mais, comme l’égoïsme ne satisfait jamais, le désir, la convoitise sexuelle, deviendront une hantise, une obsession envahissante chez Adam et tous ses descendants mâles.

 

La sexualité masculine pourra par ce fait s’éveiller par la seule magie du regard : « Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. » dira Jésus dans Matthieu 5 : 28.

 

La sexualité perd en Adam, son sens spirituel de glorification de l’amour de Dieu dans l’unité des personnes.

 

 

La sexualité féminine affectée.

 

Par contre, même si certaines femmes se « droguent » d’excès sexuels, en général la sexualité féminine a gardé une plus grande partie de sa beauté édénique, car la faute d’Eve fut d’abord d’ordre existentiel. Le péché d’Eve fut la conséquence en effet d’un sentiment narcissique (idolâtrie de soi), alors que le péché d’Adam fut la conséquence d’une idolâtrie de sa femme en tant qu’objet.

 

En conséquence, l’homme, contrairement à la femme, sera tenté d’utilisé la sexualité non par recherche d’amour réel, mais pour satisfaire et sublimer son idolâtrie. Ainsi de nombreuses descendantes d’Eve, inconscientes de l’idolâtrie masculine, ne se ressentiront pas aimées pour elles-mêmes.

 

C’est pourquoi la sexualité féminine s’éveille en général plus lentement à partir de réels sentiments. L’hymne à l’amour qu’est le Cantique des cantiques dans la Bible relate une supplication qui vient tout droit du cœur des femmes : « n’éveillez pas l’amour, n’éveillez pas l’amour, avant qu’elle ne le veuille ! ».

 

Malheureusement, Dieu constatera la triste condition des futures « Eve », désormais profondément insatisfaites dans leur intimité et leur dignité, quand leurs amants se laisseront aller aux seuls penchants d’une libido possessive et dominatrice : « tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi ! » constate Dieu navré.

 

Eve va aussi éprouver la honte de sa nudité. Cela peut ne pas paraître logique, puisque son péché fut un péché d’orgueil. Certes, mais pour parvenir à séduire son mari afin qu’il mange du fruit, Eve a usé de tout le charme de son « physique ». Elle exploita ainsi son image sexuelle. En cela elle en portera culpabilité et donc « honte » de sa nudité.

 

Mais ce second péché d’Eve se transmettra aussi génétiquement sur ses descendantes. C’est encore une conséquence tragique qui fera que toute femme consciente de ses atouts physiques sera tentée d’utiliser le charme pour attirer l’homme désiré, tentant ainsi ce dernier à l’idolâtrie, c’est-à-dire à baser son choix sur le physique de la femme plutôt que sur l’être global. A cela s’ajoutera un autre sujet de honte lié à la tendance narcissique: la masturbation.

 

 

Les rapports « parents-enfants » affectés.

 

Les conséquences dramatiques ne s’arrêtent pas là ! Les rapports « parents-enfants » vont en être aussi affectés:

Le père aura des difficultés à comprendre la nature de ses pensées idolâtres vis-à-vis de sa fille. Sa relation pourra être passionnelle, voire pire, ou distante ce qui est fréquent, par peur de ses propres sentiments. Dans les deux cas de figure l’enfant souffrira.

 

La mère aura des difficultés d’autorité, en particulier sur son garçon : elle sera confrontée à des tentations de séduction-manipulation. Là aussi, l’impact sur le mental du garçon sera désastreux.

 

Il est important de comprendre toutes ces choses dans les détails, car qui que vous soyez, vous en avez été plus ou moins victime en tant qu’enfant, et en permanence tenté, en tant qu’adulte.

 

L’estime de soi si importante dans la construction de l’enfant, va en être affectée. Le perfectionnisme de l’adulte et l’épuisement qui en fera suite n’en seront que les conséquences désastreuses.

 

Il est important aussi de comprendre les luttes que tous nos semblables vivent dans leurs âmes et des conséquences dramatiques sur leur vie de famille. Il nous faut ouvrir les yeux : personne n’échappe à cet héritage !

 

C’est au travers de ces premiers chapitres de la Bible que chaque personne peut ouvrir les yeux sur lui-même et désirer se remettre sous l’autorité bienfaisante de Dieu pour réussir sa vie affective.

 

Si vous voulez vivre une profonde intimité avec Dieu chaque jour, vous échapperez à ces travers avilissants. Vos sentiments seront sains ; vous ne serez plus esclave de vos penchants. Votre amour sera net. Les sentiments purs de Dieu deviendront les vôtres.

 

 

Pour comprendre certains passages de l’apôtre Paul, il faut les resituer dans le contexte des conséquences héritées d’Eve. Dans « 1 Timothée 2 :8 », Paul fait face à des femmes d’église qui perpétuent la faute d’Eve :

 

« 2:8 Je souhaite donc que les hommes prient en tout lieu, en élevant des mains saintes, sans colère ni discussions.

2:9 De même aussi, que les femmes, vêtues d'une manière décente, avec pudeur et discrétion, se parent, non pas de tresses, d'or, de perles ou de toilettes somptueuses,

2:10 mais d’œuvres bonnes, comme il convient à des femmes qui se prétendent pieuses. 2:11 Que la femme s'instruise en silence, avec une entière soumission.

2:12 Je ne permets pas à la femme d'enseigner, ni de dominer l'homme; qu'elle demeure dans le silence. 2:13 En effet, Adam a été façonné le premier, Eve ensuite;

2:14 et ce n'est pas Adam qui a été trompé, c'est la femme qui, trompée, s'est rendue coupable de transgression. »

 

Le verset 9 désigne le péché de séduction d’Eve par l’apparat. Paul dénonce tout l’apparat qui sert d’appât pour réveiller le désir sexuel de l’homme.

Les versets suivants rappellent les conditions de bonheur de la femme pieuse instituée par Dieu, et dénonce par le fait la tendance orgueilleuse de domination et de puissance héritée d’Eve.

Plusieurs fois dans son ministère, Paul fera face à des femmes autoritaires qui perpétuent le péché d’Eve. Ceux qui ne replacent pas ses écrits dans le contexte du péché d’Eve, qualifieront l’apôtre Paul de misogyne. Mais en fait, ce n’était pas le cas.

 

 

Comment faire face à nos faiblesses ?

 

L’homme doit, avec l’aide de Dieu, apprendre à maîtriser ses pulsions en considérant la femme comme respectable et à l’aimer dans sa globalité au-delà de sa seule apparence. Ceci pour lui apporter son « don de soi » et non pour satisfaire sa libido envahissante.

 

La femme doit, avec l’aide de Dieu, apprendre à respecter l’homme en comprenant que Dieu l’a placé à un rang supérieur afin de se donner totalement à elle pour sa sécurité et son bonheur, apprendre à cesser de jouer à la séduction-manipulation qui est loin d’être à son avantage.

 

Maintenant, l’amour vient de Dieu. Chaque jour notre réservoir affectif a besoin de se remplir au contact de ce Dieu d’amour par le moyen de l’échange, de l’étude, de la prière, sans quoi il sera vain de croire réaliser l’harmonie conjugale et familiale.

 

C’est uniquement, libérés de leurs esclavages, que l’homme etla femme, peuvent se consacrer à une vie saine, prompte et disponible à faire le bonheur des autres par la puissance de l’Esprit de Dieu qui peut enfin habiter en eux

 

Dans l’ancien testament Biblique, Dieu avait proposé à tout homme désireux de rompre cet esclavage un signe. Ce signe c’est la circoncision. Remarquez que cela ne concerne pas les femmes. Seuls, les hommes devaient porter ce signe, signe d’appartenance au Dieu créateur. Dieu l’a voulu sur le sexe, peut-être pour rappeler aux hommes que c’est par la sexualité que l’homme fait de la femme son « Dieu ». Cela devient en conséquence une infidélité vis-à-vis de Dieu. Jésus parla de ce conflit intérieur :

 

Evangile de Luc 16 : 13 :« Personne ne peut être serviteur de deux maîtres; en effet, ou bien on détestera l'un et on aimera l'autre, ou bien on s'attachera à l'un et on méprisera l'autre. »

 

Il faut donc ouvrir les yeux et faire le bon choix. Choisir Dieu, c’est choisir le bonheur de l’autre et en conséquence : son propre bonheur !

 

1 Corinthiens 13 : 4 : (lettre de l’apôtre Paul)

«  L'amour est patient, l'amour est bon, il n'a pas de passion jalouse; l'amour ne se vante pas, il ne se gonfle pas d'orgueil, 13:5 il ne fait rien d'inconvenant, il ne cherche pas son propre intérêt, il ne s'irrite pas, il ne tient pas compte du mal; 13:6 il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il se réjouit avec la vérité; 13:7 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il endure tout. ».

 

Ce signe d’alliance avec Dieu, qu’était la circoncision, avait aussi pour but de rappeler la libération de la condition d’esclave sexuel pour l’homme, et la libération de la domination machiste dont les femmes étaient victimes.

 

Dieu n’a pas laissé le genre humain sans moyen de s’en sortir. Il va payer le prix qu’il était impossible à l’homme de payer tant le fossé était profond :

 

Au chapitre 3 de la genèse, au verset 7 « ils (Adam et Eve) firent des ceintures avec des feuilles de figuier cousues ensemble. » pour cacher cette nudité devenue leur « honte ».

 

Dieu va gentiment leur faire comprendre que le fossé qu’ils ont creusé est trop grand.

 

Ce nouveau dieu, « le sexe » même caché, ne masque pas le fait que l’homme et la femme aient brisés les liens affectifs les liant à Dieu. Liens, qui leurs assuraient pourtant le bonheur pour l’éternité.

 

Adam et Eve, par leur faute, n’ont plus confiance en Dieu. Ils doutent, eux-mêmes des sentiments de Dieu à leurs égards, suite aux paroles insidieuses de Satan : « Dieu a-t-il réellement dit ! ».

 

Pour que le genre humain puisse retrouver confiance en Dieu, Dieu décida de prouver à quel point son amour pour ses créatures  « faites à son image », est considérable et sans conditions.

 

 

 

Le plan divin qui nous délivre de nos travers.

 

Tout son plan de réhabilitation est résumé, concentré en un seul verset :

 

Genèse 3 :21 :

« Le SEIGNEUR Dieu fit à l'homme et à sa femme des habits de peau, dont il les revêtit. »

 

Les feuilles de figuiers sont gratuites et sans valeurs. Les « habits de peau » ont un coût inestimable.

D’une part, parce que c’est une déchirure dans le cœur du Dieu créateur, de mettre fin à la vie d’un animal pour couvrir la honte de l’homme et de la femme.

 

C’est la première créature qui perd vie depuis que l’univers fut créé !

L’homme doit comprendre que ses choix entraînent dans la souffrance et la mort ceux qui sont sous sa domination, c’est-à-dire le genre animal.

 

Sans l’amour de Dieu, c’est l’angoisse qui remplit le cœur. L’angoisse est destructrice et cause de mort. La science actuelle reconnaît que beaucoup de cancers ont pour source la peur et l’angoisse.

D’autre part, l’animal sacrifié par dieu, pour couvrir efficacement la cause du péché d’Adam, n’est qu’un être étranger, non responsable de l’éloignement de l’homme face à Dieu. Il ne peut donc pas réparer la faute, ni servir de pont au-dessus du fossé que l’homme a créé.

Sa valeur est donc symbolique. La Bible nous enseigne que le Fils de Dieu « par qui les mondes furent créés » prouvera son amour en donnant sa vie en réparation du mal commis :

 

Jean 1 : 29 :

« Le lendemain, il (Jean-Baptiste) voit Jésus venir à lui et dit : Voici l'agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde. »

 

Dès le début de l’histoire de l’humanité, Dieu offrit à l’homme le pouvoir de revenir à lui grâce à un pont au-dessus du fossé du péché et du doute. Ce pont étant Jésus-Christ symbolisé par l’animal innocent sacrifié. Dieu, non responsable du mal, va offrir gratuitement à l’homme le moyen de renouer le contact.

 

Le sacrifice du Fils de Dieu enlève le doute concernant l’amour de Dieu.

 

Dans le nouveau testament, il nous est relaté que, par volonté du Christ, c’est le baptême par immersion, et non plus la circoncision, qui fait office d’alliance vis-à-vis de Dieu.

 

Le baptême est donc le nouveau signe par lequel l’homme et la femme témoignent du désir d’abandon des anciens « dieux » qu’étaient « la femme-objet » pour l’homme et « le pouvoir » pour la femme.

 

Seule, l’étude guidée de « la Parole de Dieu » (la Bible) permet de découvrir combien Dieu nous aime et veut nous libérer de l’esclavage de nos faux dieux. A chacun de faire le bon choix.

 

Ephésiens 5 : 21 à 33 :

« 5:21 Soumettez-vous les uns aux autres dans la crainte du Christ; ainsi les femmes à leur mari, comme au Seigneur; car l'homme est la tête de la femme, comme le Christ est la tête de l'Eglise, qui est son corps et dont il est le Sauveur;

5:24 en tout cas, comme l'Eglise se soumet au Christ, qu'ainsi les femmes se soumettent en tout à leur mari.

5:25 Maris, aimez votre femme comme le Christ a aimé l'Eglise : il s'est livré lui-même pour elle (sacrifice), afin de la consacrer en la purifiant par le bain d'eau (baptême) et la Parole (Bible), pour faire paraître devant lui .cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et sans défaut.

5:28 De même, les maris doivent aimer leur femme comme leur propre corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.

5:29 Jamais personne, en effet, n'a détesté sa propre chair; au contraire, il la nourrit et en prend soin, comme le Christ le fait pour l'Eglise, parce que nous faisons partie de son corps.

5:31 C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme, et les deux seront une seule chair.

5:32 Il y a là un grand mystère; je dis, moi, qu'il se rapporte au Christ et à l'Eglise.

5:33 Quoi qu'il en soit, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari. »

 

 

Cet essai de psychologie biblique  " COMPRENDRE NOS DESEQUILIBRES PAR NOS ORIGINES ", pourrait être l’objet de bien des débats et discutions.

 

Auteur: Gilles NICOLAS

 

Références:

"Serpent, sexe et couple" Marcel FERNANDEZ .Essai de psychologie biblique.

"Le personnage et la personne" Paul TOURNIER, éd. Delachaux et Niestlé.

"Vraie et fausse culpabilité" Paul TOURNIER, éd. Delachaux et Niestlé.

"Violence et puissance" Paul TOURNIER, éd. Delachaux et Niestlé.

"Adopté par le père pour devenir adulte" René LAFRAMBOISE, éd. Jeunesse en mission.

 

Le but de cet essai est d'ouvrir des portes à la compréhension et à la guérison, mais il n'est pas présenté ici comme une vérité absolue. Cependant son enseignement a permis bien des délivrances.

 

Pour poursuivre ce travail de reflexion et de guérison, nous vous proposons avec insistance, dans l'ordre suivant, ces ouvrages visibles sur la page  "Allez plus loin"

 

 

 " Découverte du bonheur " a été conçu pour poursuivre votre travail de recherche spirituelle. Ecrite dans un langage simple, cette série de 27 étapes contribura à votre épanouissement et votre bonheur.